Théâtre À l’Envers

À propos

Personne contact

Patricia Bergeron

Nom

Théâtre À l’Envers

​Cliquez ici pour plus d'information sur la compagnie

http://www.theatrealenvers.ca/TAE/compagnie

Membre depuis

13 ans

Coordonnées

5350, rue Lafond Montréal (Québec) H1X 2X2
info@theatrealenvers.ca
514-544-9370

Site internet

http://www.theatrealenvers.ca

Page Facebook

http://www.facebook.com/pages/Th%C3%A9%C3%A2tre-%C3%80-lEnvers/235856471348?sk=photos

Lien vidéo

vimeo.com/220893135

Lien vidéo

vimeo.com/335958622

Type de membres

Compagnies

Description

Fondée en 2007, le Théâtre À l’Envers est à la fois chercheur d’ombres et de marionnettes, puisant dans l’imaginaire des enfants les idées les plus folles pour nourrir ses créations qui permettent de faire rêver et de porter un regard nouveau sur le monde qui nous entoure.

La première création de la compagnie, intitulée Woânda, a connu une large diffusion au Québec (Conseil des arts de Montréal en tournée, Réseau Scènes, ADICIM, tournée dans le ROSEQ, Objectif Scène, Réseau Centre, etc.) et ce, pendant près de douze ans. En 2018, la pièce a été présentée en français et en anglais en coproduction avec le Théâtre Sans Frontières (Angleterre) pour une tournée d’une vingtaine de représentations au Royaume-Uni avec une équipe d’interprètes mi canadienne et mi anglaise. En 2011, la compagnie créé L’Ezdaï, qui reçoit le soutien de la Fondation Cole et qui fera l’objet d’un projet de médiation culturelle avec une école primaire de Parc-Extension.

Suite à une commande de la Grande bibliothèque nationale du Québec, la compagnie crée en 2012, Tetsuo, un spectacle métissant ombres et manga, avec notamment l’artiste congolais Kens Mukendi, accueilli dans le cadre du programme Dém’Art-Montréal du Conseil des arts de Montréal.

Pour nourrir ses créations, le Théâtre À l’Envers privilégie des projets de médiation artistique auprès des enfants en amont de ses spectacles dans des écoles du primaire, CPE, centres communautaires, etc. La maison de la culture Parc-Extension contribue également au développement des projets de la compagnie par l’octroi de résidences.

En 2017, le Théâtre À l’Envers crée en coproduction avec la Place des Arts le spectacle jeune public Mwana et le secret de la tortue, une pièce avec un conteur congolais, une marionnettiste, théâtre d’ombres et d’objets. En à peine deux ans, la pièce a été présentée plus de cent vingt fois (CAM en tournée 2018-2019, réseau des écoles francophones de Réseau Ontario (2019), l’Alliance française et le Wee Festival de Toronto (2019), où elle a été entre autres présentée en anglais. Lors de la Francofête en Acadie 2019, le spectacle a suscité un grand intérêt de la part des diffuseurs du réseau Cerf-Volant et la pièce a reçu le prix Alliance RADARTS-RIDEAU 2019. La tournée prévue en 2020-2021, a été reportée en raison de la pandémie mondiale. La compagnie a également reçu l’appui de la Délégation générale du Québec à New York pour présenter l’intégral de son spectacle en anglais au Off-IPAY 2020 à Philadelphie (États-Unis).

Pendant la pandémie, la compagnie coproduit avec le Théâtre Sans Frontières (Angleterre)un film de théâtre d’ombres intitulé The Golden Conch Shell, entièrement créé à distance par une équipe à moitié canadienne et anglaise.

En parallèle de ses spectacles, la compagnie offre des ateliers de marionnettes et de théâtre d’ombres dans les écoles primaires et secondaires du Québec par le biais du programme la Culture à l’école, tout en participant à des résidences dans le milieu scolaire pour alimenter ses futurs projets de créations.

Infos additionnelles

Fondé en 2007, le Théâtre À l’Envers (TAE) se donne comme mandat de créer des œuvres originales à partir d’un processus de recherches et d’expérimentations qui intègre le métissage des formes artistiques et théâtrales en vue d’une diffusion pour le jeune public et la jeunesse. La compagnie privilégie notamment le théâtre de marionnette contemporain en le métissant avec le jeu d’acteur, le théâtre d’ombres, la vidéo, la danse, le masque, etc. Le TAE cherche à offrir des représentations théâtrales originales où la dramaturgie visuelle est tantôt empreinte de poésie et tantôt d’humour. Le TAE souhaite apporter un point de vue original sur le monde, en allant parfois « à l’envers» de l’ordre établi. Ses spectacles sont nourris par des projets de médiation culturelle en amont de ses créations. La compagnie privilégie l’intégration d’artistes provenant d’autres disciplines artistiques et issus d’autres origines culturelles pour enrichir ses créations.

Productions

La Petite fille aux oiseaux (À partir de 5 ans) Le conte de La Petite fille aux oiseaux est une métaphore illustrant les beautés et les embûches du processus de création. Une petite fille se balance dans son jardin, quand soudain, elle entend le cri d’un oiseau mystérieux qui l’amène à entrer dans le creux d’un vieil arbre où elle descendra dans une grotte secrète. C’est là qu’elle fera la découverte d’un sac en tissu. Ce dernier se remplit d’oiseaux à mesure qu’elle tente de le ramener chez elle, en dehors du labyrinthe de racines, qu’elle doit traverser pour retrouver la sortie. D’abord oisillons fragiles de poussière, ils deviennent bientôt des oiseaux fougueux et sauvages, parfois effrayants, qui ne demandent qu’à être libérés et écoutés pour pouvoir s’envoler. L’enfant tente d’abandonner le sac, mais plus elle s’éloigne, plus les cris des oiseaux semblent la supplier de rester. L’enfant apeurée chante pour elle-même, apaisant du même coup les oiseaux. Prenant son courage à deux mains, l’enfant suivra son intuition et se laissera guider par le cri d’un seul oiseau qui la mènera vers la sortie et vers une grande envolée…

Mwana et le secret de la tortue (pour les 4 à 8 ans) Inspirée d’un conte populaire africain, cette histoire raconte les difficultés d’un petit village africain prisonnier d’un monstre-voleur provenant de la forêt, qui pille jour après jour l’entrepôt de nourriture de tous les villageois. Un jour, une fillette nommée « Mwana », propose au grand chef du village de se débarrasser du géant. Comment une si petite enfant peut-elle rivaliser avec un monstre que personne n’a été capable d’arrêter? Quels sont les moyens dont elle dispose pour arriver à ses fins? Aurait-elle un secret ou un pouvoir inconnu des villageois? Voilà les prémisses de ce conte théâtralisé avec ombres, objets et marionnettes permettant de revisiter la maxime de Jean de Lafontaine comme quoi…« On a souvent besoin d’un plus petit que soi »!

Woânda (pour les 4 à 9 ans) Que se passe-t-il lorsqu’une grenouille élit domicile dans un lavabo? C’est ce que découvre Laura, une enfant dont la mère est malade. Pour engourdir sa peine, elle se réfugie dans la peinture : à grands coups de pinceaux, ses émotions prennent corps sur ses toiles. Mais son univers bascule le jour où sa bague disparaît dans le trou du lavabo…

L’Ezdaï (6 ans et plus) Quels mondes peuvent bien se tapir au fond des boîtes de cartons d’un déménagement? Quels personnages s’y cachent? Quels monstres effrayants y croupissent? Devant les bouleversements engendrés par le déménagement et la perte de leurs repères, deux enfants sont amenés à s’inventer un monde magique, L’Ezdaï, où ils vivent des péripéties rocambolesques et apprennent à surmonter leurs peurs.

Tetsuo (pièce pour les 6 ans et plus). Pièce inspirée d’une histoire écrite par le célèbre mangaka Osamu Tezuka (l’auteur d’Astro le petit robot). La pièce qui met en scène des personnages mangas en théâtre d’ombres est suivie d’un atelier interactactif où le public est appelé à participer dans des mises en situation ludiques.

Spectacles disponibles

La Petite fille aux oiseaux (À partir de 5 ans) Le conte de La Petite fille aux oiseaux est une métaphore illustrant les beautés et les embûches du processus de création. Une petite fille se balance dans son jardin, quand soudain, elle entend le cri d’un oiseau mystérieux qui l’amène à entrer dans le creux d’un vieil arbre où elle descendra dans une grotte secrète. C’est là qu’elle fera la découverte d’un sac en tissu. Ce dernier se remplit d’oiseaux à mesure qu’elle tente de le ramener chez elle, en dehors du labyrinthe de racines, qu’elle doit traverser pour retrouver la sortie. D’abord oisillons fragiles de poussière, ils deviennent bientôt des oiseaux fougueux et sauvages, parfois effrayants, qui ne demandent qu’à être libérés et écoutés pour pouvoir s’envoler. L’enfant tente d’abandonner le sac, mais plus elle s’éloigne, plus les cris des oiseaux semblent la supplier de rester. L’enfant apeurée chante pour elle-même, apaisant du même coup les oiseaux. Prenant son courage à deux mains, l’enfant suivra son intuition et se laissera guider par le cri d’un seul oiseau qui la mènera vers la sortie et vers une grande envolée…

Mwana et le secret de la tortue (pour les 4 à 8 ans) Inspirée d’un conte populaire africain, cette histoire raconte les difficultés d’un petit village africain prisonnier d’un monstre-voleur provenant de la forêt, qui pille jour après jour l’entrepôt de nourriture de tous les villageois. Un jour, une fillette nommée « Mwana », propose au grand chef du village de se débarrasser du géant. Comment une si petite enfant peut-elle rivaliser avec un monstre que personne n’a été capable d’arrêter? Quels sont les moyens dont elle dispose pour arriver à ses fins? Aurait-elle un secret ou un pouvoir inconnu des villageois? Voilà les prémisses de ce conte théâtralisé avec ombres, objets et marionnettes permettant de revisiter la maxime de Jean de Lafontaine comme quoi…« On a souvent besoin d’un plus petit que soi »!

Woânda (pour les 4 à 9 ans) Que peut-il se produire lorsqu’une grenouille établit son domicile dans les tuyaux du lavabo d’une salle de bain? Bien du remue-ménage, surtout lorsque l’enfant qui habite cette maison se retrouve nez à nez avec l’animal. Voici donc le point de départ de cette pièce qui met en scène le personnage de Laura, une petite fille vive et spontanée dont la mère est gravement malade. Pour engourdir sa peine, Laura se réfugie dans la peinture: à grands coups de pinceaux colorés, ses émotions prennent corps sur ses toiles. Mais son univers bascule le jour où sa bague, le porte-bonheur offert par sa mère, disparaît dans le trou du lavabo…