La Compagnie Mobile Home

À propos

Personne contact

Lucas Jolly

Nom

La Compagnie Mobile Home

Coordonnées

2322 rue Frontenac Montréal (Québec) H2K 2Z9
ciemobilehome@videotron.ca
514-358-4433

Site internet

compagniemobilehome.com

Page Facebook

http://www.facebook.com/group.php?gid=332487605056

Lien vidéo

vimeo.com/315510023

Type de membres

Compagnies

Description

La compagnie Mobile home a été constituée officiellement en juin 1999. Issue de la rencontre de Lucas Laurent Jolly, Steeve Dumais et Gaëtan Desombre, elle a déjà à son actif plusieurs créations et a collaboré à divers événements (Galerie Clark, Festival de théatre de rue de Shawinigan, Festival d’été de Quebec, Festival complétement Cirque, Festival voix d’amérique, Théâtre Lachapelle, etc).

Mission

Compagnie indisciplinée et multi-disciplinaire, MOBILE HOME crée des spectacles hybrides, non conventionnels sous forme de performances, installations, théâtre de rue, cabarets surréalistes… Ses spectacles sont des séquences-choc tragi-comiques présentant des galeries de portraits ambigus à l’humour grinçant. S’inspirant beaucoup de la culture populaire, MOBILE HOME révèle l’ambigüité du réel lié à la nécessité du jeu et de la folie.

Spectacles disponibles

Sous mon lit:

C’est l’histoire de Yuma, un enfant qui va se coucher. Aussitôt la lumière éteinte, la peur du noir s’installe. Son imagination se met en route et la table est mise pour que sa pensée s’égare dans les chemins confus de l’inconnu. Mais, une fois endormi, ses craintes se transforment en poésie. De marionnette, Yuma devient un personnage de papier, et sous son lit prennent vie les péripéties insolites de son esprit. Le jeu des dimensions des personnages et des décors amplifie l’étrangeté de ses rêves et crée un jeu de poupées russes.

La proposition surréaliste et poétique du spectacle charme par l’utilisation de la marionnette, du théâtre d’ombres, du jeu d’acteur, et de l’intégration de l’image et du son.

https://compagniemobilehome.com/103/103/

 

Balthazar:

Balthazar est un spectacle de marionnettes qui intègre le masque et la vidéo.  Dans un décor épuré où prennent place un landau et une grande malle, le spectateur parcours la vie d’un vieil homme, Balthazar, ancien accordéoniste exilé d’on ne sait quelle guerre. Réminiscence de ses amours fragiles et des lambeaux de son enfance, le spectacle emprunte à la nostalgie et à la fragilité de nos existences d’une manière poétique et toute en finesse. Dans son sommeil apparaissent sa mère, son père et aussi son amour.

Le spectacle Balthazar questionne la vie des survivants des guerres, de l’héritage de désespoir et de folie qu’installent les conflits mondiaux dans l’histoire  familiale ; l’histoire intime. Ce spectacle qui place la vie avant l’Histoire installe par touches  des reflets du dépeuplement de l’âme  de Balthazar. La scénographie très simple amplifie cet état psychologique.

Père mort à la guerre avant sa naissance, amour insoutenable pour une femme qui tombe dans la folie, exil,   constituent ces empreintes qui hantent les dernières années de Balthazar. C’est un regard qui se tourne vers soi-même et pour qui le temps a commencé à atténuer la douleur de la perte.Ce spectacle met en scène des marionnettes de différents formats. Ces personnages non-naturalistes ont été créés dans la volonté que ressurgisse de leurs traits la douleur du propos, mais aussi l’indéfini et l’incertitude qu’installe la mémoire à la limite de n’être que des réminiscences. Ce sont des ectoplasmes, des âmes en peine d’exister réellement.Leur manipulation apparente, place les marionnettistes en position de témoins  et complices de leur tentative de prendre vie.

Le spectacle Balthazar a été créé en 2004 et a été présenté plus de 100 fois dans plusieurs festivals dont L’entre-deux Maniganses Festival international de marionnettes de Jonquière, Fira Tarrega en Espagne pour les célébrations du 10ième anniversaire du bureau du Québec à Barcelone, le Festival d’été de Québec .

https://compagniemobilehome.com/balthazar/

Et moi pourquoi j’ai pas une banane?

adaptation scénique de bandes dessinées de Copi.

Elle est assise. C’est une femme. C’est la femme assise. Elle semble idiote, obtuse. Les personnages de Copi le sont tous à leur manière. Et ils nous font bien voir que nous sommes aussi cons qu’eux. C’est peut-être un début de solution: s’apercevoir avec humour de notre degré de connerie pour s’en départir un peu.

https://compagniemobilehome.com/et-moi-pourquoi-jai-pas-une-banane/