Le manifeste a été rédigé collectivement par le comité AQM-États-généraux

 

Manifeste pour la reconnaissance de la marionnette en tant qu’art majeur et essentiel

 

Parce que la marionnette est un art ancestral qui participe à l’évolution des mouvements artistiques actuels ;

Parce que la marionnette honore la matière et la vie, transpose le réel et incarne les rêves et qu’elle revendique un monde pensant, imaginatif et meilleur ;

Parce que la marionnette est présente au théâtre, au cinéma, au petit écran, à la maison, à l’école et dans la rue ;

Parce que l’art de la marionnette a besoin de créateurs spécialisés, d’artisans, de formateurs et de penseurs ;

Parce qu’il n’y a pas de marionnettes sans marionnettistes ;

Parce que des milliers de spectateurs adultes et enfants d’ici et de l’étranger sont transportés par la qualité des créations des marionnettistes québécois ;

Parce que les marionnettistes ont besoin de matériaux, d’espace et de temps pour pratiquer leur art ;

Nous, les artistes et artisans québécois du milieu de la marionnette revendiquons la reconnaissance de cet art en tant qu’art majeur et essentiel.

Conséquemment, il est impératif…

Que nous soit accordée une meilleure compréhension de nos modes de création ;

Que l’expérimentation, la documentation, la formation ainsi que les échanges professionnels nationaux et internationaux soient reconnus comme intrinsèques à notre pratique ;

Que se décloisonnent les lieux de diffusion en s’ouvrant aux arts de la marionnette dédiés au jeune public et au public adulte ;

Que nous soient reconnus notre savoir-faire et notre rôle dynamique d’ambassadeur culturel ;

Que nous soit reconnue la nécessité d’implanter un lieu phare voué à la marionnette, tant pour les artistes de la profession que pour le public ;

Que notre patrimoine soit sauvegardé et répertorié ;

Que soit accordé à notre association, à nos compagnies et à nos artisans, un soutien financier adéquat à la hauteur de leur mission, de leurs réalisations et de leur impact sur la société québécoise.

Le comité AQM-État de la situation

 

En lien avec le MANIFESTE :

Pour la reconnaissance de la marionnette en tant qu’art majeur et essentiel, l’Association québécoise des marionnettistes(AQM) lance une profonde réflexion sur la pratique des arts de la marionnette qui mènera au Colloque  des arts de la marionnette québécoise

En voici les grands thèmes :

L’histoire et l’identité de la marionnette

Historiquement nourrie par le théâtre, la danse, le cirque, la musique, le cinéma, l’opéra et les arts visuels, la marionnette sait inspirer ces arts sans se dénaturer. À la fois matière première et œuvre finale, la marionnette est dramaturgie. Au théâtre, au petit écran, au cinéma, à l’école, dans la rue et dans l’espace virtuel, elle cristallise l’œuvre en incarnant le rôle qui survit à son créateur. C’est une grande nomade à l’identité vagabonde.

Les visages multiples de la création

Les marionnettistes créent, construisent, écrivent, apprennent, connaissent et se matérialisent. Ce sont eux qui donnent le souffle à la marionnette, à l’ombre et à l’objet. Et ceci, tout en entretenant leurs ateliers, produisant leurs spectacles, transportant le matériel, ouvrant et refermant des caisses avant de rencontrer, enfin, les spectateurs !

Les enjeux de la transmission de l’art de la marionnette

Longtemps, la marionnette québécoise a fait l’école buissonnière : tout en important leurs savoirs principalement de l’Europe, les marionnettistes québécois ont longtemps été autodidactes. Depuis quelques années et à l’initiative de leur association, des formateurs spécialisés du Québec et de l’étranger sont invités à donner des stages professionnels aux marionnettistes d’ici. L’École supérieure de théâtre de l’UQAM, qui offrait depuis 35 ans une formation en marionnette, a instauré en 2007, un diplôme universitaire spécialisé offrant un programme complet de formation. Toutefois, encore trop peu d’écoles de formation intègrent cette discipline dans leur cursus et trop peu de ressources documentaires sont accessibles.

La reconnaissance du professionnalisme du métier et de la diversité des publics

Au Québec, les arts de la marionnette luttent encore pour la reconnaissance du professionnalisme du travail de ses artisans qui s’adressent tant au public adulte qu’au jeune public. La croyance populaire associe encore trop facilement la marionnette à un divertissement spontané pour le très jeune enfant. Un vaste travail d’éducation reste à faire pour élargir cette vision et l’ouvrir à la puissance, au pouvoir et à la diversité de cette discipline artistique. La marionnette est un art mature et une porte d’entrée vers tous les possibles, que ce soit au théâtre, au cinéma, à la télévision et sur les réseaux et supports virtuels.

La force vive du milieu de la marionnette au Québec

Il existe au Québec des centaines d’artisans et de marionnettistes, des dizaines de compagnies professionnelles, deux festivals internationaux, un diplôme spécialisé universitaire, une unioninternationale dont le Québec fait fièrement partie, une association provinciale qui a près de trente ans d’existence. C’est un milieu solidaire qui évolue dans le respect de la diversité et de l’unicité de chacun de ceux qui l’animent. De toutes ces énergies naissent les créations des marionnettistes québécois et elles nécessitent des moyens financiers à la hauteur de leurs besoins.

La nécessité d’un lieu phare où poser les pieds

Pour que l’art de la marionnette prenne corps au Québec et s’affirme comme étant un art à part entière, il doit poser le pied au sol et s’ancrer dans un lieu phare. C’est pourquoi les marionnettistes du Québec revendiquent un centre rassembleur qui servira de ressource à leurs professions en favorisant l’expérimentation, la documentation, la création, la diffusion et les échanges professionnels nationaux et internationaux.

 

État de situation du milieu de la marionnette au Québec

En lien avec ces grands thèmes et afin de nourrir notre réflexion, l’AQM désire dresser un état de la situation de la marionnette québécoise. Pour ce faire, au cours des prochaines semaines, un questionnaire sera envoyé via Internet, à tous les intervenants du milieu de la marionnette. La participation de tous est essentielle afin de refléter toutes les facettes de notre milieu et nous permettre d’en extraire les grands thèmes qui seront abordés, tout au long de la saison prochaine, lors de la réalisation des grands chantiers de la marionnette québécoise. Ces étapes importantes nous mèneront tout naturellement jusqu’au Colloque des arts de la marionnette québécoise prévu à l’automne 2011 lors du 30e anniversaire de l’AQM

X